L'univers
de la créatrice

 

3 QUESTIONS À ELSA GARY
Comment d'une formation de sculpteur
et de peintre devient-on créatrice de robes de mariées ?

«Je me suis d’abord lancée dans la fabrication
de bijoux fantaisie puis de chapeaux.
Pour présenter mes créations de chapeaux lors d’un salon
du mariage, a Agen j’ai eu l’idée de réaliser quelques robes de mariée. elles remportèrent un succès étonnant.
En juillet 2001, j'ai présenté ma première collection de robes de mariées en soie et fibre, au salon mode et mariage à Paris, accueil mitigé des professionnels du mariage très traditionnels et conservateurs.
Certains me font tout de même confiance et prennent des prototypes pour leurs boutiques. Et là, surprise ! Il y a un vrai engouement auprès des futures mariées, mes modèles se vendent bien et la notoriété de ma marque ne cesse de grandir.
2008/2009, pour la première fois un nombre très important de jeunes filles ont vraiment une démarche écolo en achetant mes robes, au délà du style qu'elles aiment, elles sont soucieuses des matières utilisées, un changement profond des mentalités est en train de transformer notre façon de consommer.

Comment travaillez- vous?
je crée mes robes directement sur un mannequin comme une sculpture, sans croquis, Mais l'idée de la robe murit longtemps dans ma tête, avant de commencer je sais ce que je vais faire

Quels sont vos souhaits pour
l’avenir ?

Je crois au rare et au beau qu'on s'invente. Je veux continuer à croire que la différence reste la clef de tout. C'est l'éphémère, le particulier, l'unique qui sont les meilleurs signes de l'identité. "En ces temps de crise l'avenir est aux produits vrais car l’envie individuelle d'un vêtement unique et artisanal existera toujours.”